“Digital Benin : documenter les œuvres victimes de pillage colonial dans l’ancien royaume du Bénin”, avec Felicity Bodenstein (mercredi 13 mars, 10h-12h30, ENS Ulm)

Pour cette troisième séance de l’année 2024, le séminaire Les liens qui font les humanités numériques accueille Felicity Bodenstein, historienne de l’art et maîtresse de conférence à Sorbonne Université, chercheuse rattachée au Centre André Chastel, en tant que coordinatrice du projet “Digital Benin“.

“L’Akpata (luth à archet) est un instrument de type harpe, fait de bois et de cordes, qui produit un son semblable à celui d’une guitare. Ils continuent à être utilisés pour le divertissement lors de festivals et de cérémonies spéciales.” (source : digitalbenin.org)

Administré par le MARKK (Museum am Rotherdaum. Kulturen und Künste der Welt) à Hambourg, le projet associe des historiens, des historiens de l’art, et des spécialistes des humanités numériques, pour reconstituer virtuellement le trésor royal du Bénin, pillé par les Britanniques lors de leur “expédition punitive” de 1897, soit plusieurs milliers de pièces actuellement dispersés dans plus de 130 institutions dans une vingtaine de pays, quasi exclusivement entre l’Europe et l’Amérique du Nord.

Le site Internet propose également du matériel pédagogique, un répertoire de vocabulaire des désignations des types d’objets dans leur langue d’origine (typologie qui diffère parfois de celle des muséographies occidentales), et une collection d’enregistrements audio et vidéo d’histoire orale, dans une volonté de reconnecter cet ensemble numérique inédit avec la culture historique et vivante de Benin City.

Un projet d’une telle envergure pose des problèmes passionnants d’ordre éthique (mettre en libre accès des objets qui peuvent avoir un caractère sacré n’est pas sans poser problème, même si cela vise in fine à la restitution desdits objets aux groupes culturels les ayant façonnés), technique (comment aligner des données entre institutions internationales ? comment pallier la faiblesse de certaines infrastructures techniques locales ? etc.) que nous pourrons aborder directement avec Felicity Bodenstein, la responsable scientifique du projet.

Quand : mercredi 13 mars, 10h-12h30

Où : ENS Ulm, 29 rue d’Ulm, 2e étage, Salle Borel (U209)

Entrée libre, petit-déjeuner offert.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
egayoso (6 mars 2024). “Digital Benin : documenter les œuvres victimes de pillage colonial dans l’ancien royaume du Bénin”, avec Felicity Bodenstein (mercredi 13 mars, 10h-12h30, ENS Ulm). Le carnet du Guichet. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vyqq


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search