Claerr Th., Westeel, I., “Manuel de numérisation ; Manuel de constitution des bibliothèques numériques”

 

 

 

 

 

 

 

Thierry Claerr et Isabelle Westeel (dir.), Manuel de numérisation ; Manuel de constitution des bibliothèques numériques, Éditions du Cercle de la Librairie, 2011 – 2013

Note de lecture de Anne Bugner

Comment amener les Humanités au numérique, quand les supports de recherche en histoire, littérature et arts est d’abord celui du papier des archives, des manuscrits et des ouvrages de référence ? Faut-il transposer les usages existants des documents physiques aux documents numériques, ou concevoir ex nihilo une architecture intellectuelle radicalement différente, et ce avec les moyens techniques, financiers et humains dont l’on dispose au sein de son établissement ? C’est à cette question que répondent les deux ouvrages dirigés par Thierry Claerr et Isabelle Westeel, Manuel de numérisation (2011) et Manuel de constitution des bibliothèques numériques (2013). Ils sont destinés aux responsables de la conservation en bibliothèques, premiers acteurs dans la production et l’organisation de données à des fins de recherche. Tous deux conservateurs eux-mêmes, les auteurs sont spécialistes de la numérisation patrimoniale et de sa valorisation via des projets en collaboration avec des laboratoires de recherche, qu’ils enseignent en université et à l’ENSSIB.

            Le contexte de parution de ces manuels est celui de l’accélération à l’échelle nationale de la numérisation des fonds patrimoniaux des bibliothèques publiques ; débutée en 1993 sur des initiatives locales, elle prend une toute autre ampleur en 2008 avec le Plan de développement de l’économie numérique, qui acte la prise de conscience de l’omniprésence du numérique dans les pratiques culturelles des générations les plus jeunes ; ainsi, en 2010, les bibliothèques peuvent bénéficier de la Dotation générale de décentralisation pour subventionner leurs projets de numérisation, ce qui ouvre les institutions plus modestes au numérique. Il importe donc de créer un ouvrage de référence, afin de détailler tous les volets d’un projet de numérisation patrimoniale (technique, juridique, managérial) à destination d’agents encore peu formés sur la question, et de présenter un vaste panel d’outils pour couvrir les besoins d’institutions de toutes tailles.

            Cette politique de numérisation de masse est alors motivée par la valorisation patrimoniale et scientifique des fonds plus que par leur sauvegarde ; la qualité des documents numériques dépend du caractère accessible, intelligible et interactif du site qui les publie. Toutefois, les manuels se focalisent sur la création des contenus en ligne, et non sur les méthodes de recherche qui en résultent. Bien qu’à vocation exhaustive, il ne s’agit pas non plus de traités sur le numérique ; ils visent à développer la maîtrise de ses outils par les conservateurs, afin qu’ils soient en mesure d’en questionner eux-mêmes le rôle au sein de la patrimonialisation et de la recherche.

Lire la suite de la Note_de_lecture_Anne_Bugner


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search