Quelles humanités numériques pour l’éducation ?

edcamp - Humanités numériques pour l'éducation - MkF

Mickaël Bourgatte, Mikaël Ferloni et Lauret Tessier, Quelles humanités numériques pour l’éducation ?, MkF
éditions, 2016.

Note de lecture de Florian Croze

Dans son agenda fictif intitulé #Éthique et Responsable, Monsieur le prof retranscrit le mail par lequel il a répondu à l’invitation du Ministère de l’Éducation nationale à participer à un podcast sur l’emploi du numérique à l’école :
« […] je suis très critique à l’égard de ”l’école du numérique”. En théorie c’est super mais dans les faits (c’est-à-dire dans les 9 établissements où j’ai pu enseigner) c’est catastrophique. Cette année par exemple, dans la salle des professeurs de langues où nous sommes une vingtaine de profs, nous n’avons que 2 PC, dont un qui tourne encore sous Windows XP (!!!) […]. Les tablettes c’est une blague, une grande promesse totalement creuse […]. Les ados sont déjà collés H24 à leurs écrans, être en classe leur permet de se détacher un peu de ça, alors leur en remettre un sous le nez, je trouve pas que ce soit l’idée du siècle. »
(Monsieur le prof, #Éthique et Responsable, Flammarion, 2018. p. 89-90.)
Il y a, du côté des enseignants, une méfiance certaine à l’égard des discours sur l’école
numérique. L’écart est parfois grand entre la présentation qui en est faite par les acteurs de la promotion du numérique dans l’enseignement, y compris le Ministère, et les usages que peuvent offrir les équipements effectifs dans les établissements. C’est dans ce contexte qu’il faut replacer l’organisation de l’Edcamp qui a accompagné la tenue du colloque « Les Humanités numériques pour l’éducation » à l’Institut catholique de Paris les 1er et 2 septembre 2016. L’événement, qui a mêlé conférences et ateliers de formes diverses, a donné lieu à la publication d’un « ouvrage collaboratif édité en temps réel » intitulé Quelles humanités numériques pour l’éducation ?, édité par MkF éditions et paru en novembre 2016.


Par son format volontairement expérimental – qui mêle imprimé et numérique, comptes-rendus de conférences et présentation d’ateliers – l’ouvrage a de quoi déconcerter. Il est le produit de la volonté affichée par ses éditeurs tout comme par les organisateurs du colloque d’étendre la révolution numérique au monde de l’enseignement. L’événement a permis de rassembler des acteurs dont les professions, les nationalités et les moyens d’action sont très diversifiés. Il peut ainsi se lire comme un bilan de la situation en 2016 : quels sont les enjeux que l’on identifie derrière la timide transition de l’enseignement vers le numérique ? Quelles sont les possibilités dont les acteurs sur le terrain disposent, et quelles sont les limites qu’ils rencontrent ? La lecture de cet ouvrage donne le sentiment que le numérique bénéficie, dans le champ de l’éducation, d’un élan impressionnant qui trouve sa source dans une volonté d’innover, mais aussi que de nombreux obstacles empêchent ce mouvement de devenir davantage qu’une série d’initiatives isolées et localisées.

Nous commencerons par présenter l’événement et le livre auquel il a donné naissance, en mettant en évidence les choix sur lesquels ils reposent et leurs implications. Nous nous intéresserons ensuite au bilan que l’on peut tirer des nombreuses interventions qui ont eu lieu, avant de souligner certaines limites et ambiguïtés de l’entreprise.

Lire la suite Note_de_lecture_Croze_Florian


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search