Wébinaire : Un tournant numérique pour l’histoire économique ?

Compte-tenu des mesures de distanciation physique toujours en vigueur à Sciences Po, la présentation se fera en ligne sur la plate-forme Zoom. L’inscription au webinaire est obligatoire.

Depuis une vingtaine d’année, les technologies et pratiques numériques engendrent des modifications économiques, sociales et politiques profondes, questionnent et remodèlent significativement les analyses en sciences humaines. Si le numérique, ses pratiques, ses méthodes, ses techniques ou ses marchés font l’objet d’une recherche spécialisée, il est désormais important d’étudier de façon transversale et générale les effets du numérique sur nos sociétés.

Espace de discussion interdisciplinaire, le séminaire transitions numériques – TransNum – met en réseau la communauté de recherche de Sciences Po travaillant sur ou avec le numérique. A travers des exemples sur les transformations économiques, sociales, politiques, juridiques liées à la numérisation et leur mise en perspective historique, le séminaire transitions numériques nourrit la réflexion sur l’impact du numérique dans l’ensemble des domaines recherches de Sciences Po .

Un tournant numérique pour l’histoire économique ?

En histoire, s’il y a bien un champ pour lequel la question des transformations numériques de la discipline se pose avec une certaine acuité, c’est bien celui de l’histoire économique. Mises en séries de sources hétérogènes, catégorisations anachroniques, pertinence des approches de longue durée : les débats relatifs aux usages de la quantification y furent vifs, précoces… Ils se soldèrent surtout, dès les années 1980/1990, par un reflux et/ou une marginalisation des approches quantitatives. Les mutations opérées au cours des vingt dernières années, généralement considérées comme un « tournant » voire une « révolution » numérique, changent-elles la donne ? Une nouvelle vague de quantification est-elle à l’œuvre ? L’histoire économique a-t-elle connu une transformation numérique ?

Introduction : l’anachronisme des séries longues, un débat rendu obsolète par les big data ? (Émilien RUIZ, Sciences Po, CHSP). 

Comment renouveler l’histoire de la mondialisation commerciale grâce au numérique ? (Béatrice DEDINGER, Sciences Po, CHSP et Paul GIRARD, OuestWare) 
« Le projet RICardo propose une base historique de données commerciales (~1800-1938) qui se caractérise par le grand nombre et la grande diversité des entités commerçantes recensées. La technologie numérique offre de nouvelles opportunités pour traiter cette complexité et permettre d’aborder l’histoire de la mondialisation commerciale sous un angle nouveau. »

Données Financières Historiques et numérique : enjeux, défis et premiers résultats (Elisa GRANDI, Université de Paris, LIED UMR 8236 et membre de l’Equipex DFIH)
« La base DFIH collecte plusieurs types de données des entreprises cotées ou négociées à la Bourse de Paris (marché officiel et non officiel, ~1850-1976). Cette intervention visera à en montrer les opportunités de recherche à partir d’exemples concrets, tout en abordant les enjeux que le traitement numérique des sources utilisées implique. »

Discussion : une deuxième vague de quantification en histoire économique ? (Claire LEMERCIER, CNRS, CSO)

Compte-tenu des mesures de distanciation physique toujours en vigueur à Sciences Po, la présentation se fera en ligne sur la plate-forme Zoom. L’inscription au webinaire est obligatoire.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search