Berra A. (2012). « Faire des humanités numériques ».

par Stéphanie-Emmanuelle Louis (Juin 2020)

Contexte

Le texte d’Aurélien Berra fait partie d’un volume consacré aux humanités numériques, paru en 2012, sous la direction de Pierre Mounier, alors directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). L’ouvrage constitue, selon les mots de Mounier, une « anthologie »1. Les textes, plutôt que de chercher à définir ce que sont les humanités numériques, apportent sur elles un éclairage pragmatique, tiré d’une somme d’expériences singulières permettant d’en aborder différents aspects tant positifs que négatifs. L’ouvrage se divise en quatre parties : I) « Qu’est-ce que les humanités numériques ? » II) « Révolution dans l’Académie » III) « L’enjeu de l’archive » IV) « Autour des big data ». Ces quatre parties articulent des points de vue engageants (I) ou sceptiques (II) aux humanités numériques avec le questionnement de problématiques transversales liées aux archives (question du rapport aux sources) et aux données (notamment la question de la massification). Chaque partie rassemble trois à six contributions, par des auteur.e.s pluriels. En fin d’ouvrage se trouve une bibliographie spécifique à chaque partie, ainsi qu’une liste de carnets de recherches, permettant d’approfondir la réflexion. Le texte d’Aurélien Berra s’inscrit dans la première partie, qui tente, d’après Mounier, de circonscrire le périmètre des humanités numériques par la conjonction d’approches relativement extérieures en insistant sur les aspects positifs. Elle débute par le Manifeste des Digital Humanities (THATCamp 2010), dont il est d’ailleurs question ( entre autres) dans le texte de Berra, qui arrive juste ensuite.

L’auteur

Aurélien Berra a soutenu son doctorat en histoire et civilisations en 2008 à l’EHESS sous la direction de Christian Jacob. Son directeur de thèse a coordonné la publication des Lieux de savoir, réflexion qui a fortement influencé le travail de Berra, et dans laquelle il a publié un article intitulé « Manier le thésaurus grec » (vol.2, 2011). Depuis 2010, Berra est maître de conférences à l’université Paris-Nanterre. Au moment de la publication du Read/Write Book 2, il anime le séminaire « Edition savante et humanités numériques », en lien avec le carnet hypothèses Philologie à venir. Il travaille alors également à l’édition critique numérique des Deipnosophistes d’Athénée.

Le texte

Pour Aurélien Berra, introduire les humanités numériques nécessite de croiser les éclairages de l’histoire, de la théorie et de la pratique. Plutôt que de se livrer à un « catalogue d’exemples » ou à « un tableau irénique » (p.26), l’auteur propose quelques repères et son témoignage de chercheur français.

Si le texte n’est pas découpé en sous-parties clairement identifiées, plusieurs dominantes thématiques semblent néanmoins s’y succéder. Premièrement, une approche culturelle des humanités numériques (A). Deuxièmement, l’institutionnalisation des Digital Humanities des années 1960 à nos jour (B). Troisièmement, une fois éclairés ces éléments historiques et contextuels, l’évocation par l’auteur de son expérience personnelle (C). Outre un point de vue fort sur les enjeux sociétaux liés aux humanités numériques, le texte paraît poser les jalons d’ « une histoire et [d’]une théorie des pratiques » (p.26). L’approche semble résolument culturaliste, comme en témoignent par exemple, dans les premières pages, l’évocation des transferts ou celle des représentations des activités savantes, ou plus loin, son approche de l’institutionnalisation des Digital Humanities.

A. Pour une approche culturelle du « phénomène ».

• Transfert et appropriation de la notion de Digital Humanities en France (p.25-26) En français, le terme d’humanités fait référence à l’humanisme de la Renaissance. De plus, humanities et humanités ne s’équivalent pas exactement, et renvoient à des découpages disciplinaires différents entre organismes de recherche et institutions culturelles. C’est pourquoi, selon Berra : « On s’éloigne ainsi de la référence à des disciplines établies, pour nommer un phénomène complexe » (p.26). L’auteur souligne le lien étroit de la pratique et de la théorie dans le champ des humanités numériques. • Quelles perspectives historiques ? Il s’interroge aussi sur la définition des jalons de leur histoire, entre perspectives culturelles (automates de l’Iliade) et techniques (invention de l’ordinateur). Cependant, un moment se pose comme incontournable dans les chronologies possibles du phénomène actuel : le voyage du jésuite Roberto Busa aux USA, en 1949, suite auquel appliqua la technique de la concordance automatique par des cartes perforées à ses recherches sur les œuvres de Thomas d’Acquin. Ces nouveaux moyens d’analyse lui permirent d’accomplir, en plusieurs décennies, un travail hors de capacité humaine. • Une mutation de l’outillage savant Parallèlement, Berra présente une série d’images stéréotypées de l’activité savante à travers le temps (photo de Foucault dans sa bibliothèque, Cicéron peint par Vincenzo Foppa, SaintJérôme dans son cabinet par Dürer, photo du hacker Brandon Harris au Hackathon 2011 de Wikimedia). Si les premières d’entre elles figurent que « l’outillage est en quelque sorte périphérique », dans la dernière « l’outillage est très largement concentré dans un unique appareil extrêmement polyvalent » (p.29). Ces images questionnent la présence de la technique dans l’activité savante (cf. Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, vol.2 : Les mains de l’intellect).

• L’enjeu d’articuler des objets polymorphes

Berra insiste sur la caractère « polymorphe » du texte (p.30). En écho aux débats contemporains sur la dématérialisation du livre, il affirme, se situant dans la lignée d’historiens du livre comme Roger Chartier : « s’il faut se battre pour des supports, ce n’est pas pour eux-mêmes, mais bien pour ce qu’ils permettent, à savoir une forme de communication, une forme de culture, une forme de réflexion. Cela revient à dire que ce sont les usages qui font vivre les textes, avant tout, et qu’il faut lutter contre l’oubli de la technique […] Il est urgent de prendre conscience toujours davantage du maniement des objets, contre une naturalisation des processus de production et de diffusion.» (p.30) Pour Berra, à l’heure du numérique, ce sont les modalités de mise en relations entre différents supports (ex : manuscrit, édition postérieure et texte sur écran) qu’il s’agit d’ « inventer » (p.31).

• Une utilité universelle des humanités numériques ? L’utilité des projets de recherches en humanités numériques est une question classique. Il conviendrait de « préciser le rôle de ces instruments dans la société et à démontrer leur intérêt, en pratique et en théorie » (p.31). En ce qui concerne la recherche, il serait très souhaitable que la pratique des humanités numériques ne soit pas l’apanage d’un happy few.

• Une définition des humanités numériques est-elle possible ? Une autre question récurrente concerne la nature des humanités numériques. Correspondent-elles à des pratiques ou une méthode spécifiques ? Constituent-elles une discipline à part entière? Ce débat a notamment une incidence sur les politiques de recrutement et de structuration des universités notamment. Dès lors, un angle pertinent pour envisager la question des humanités numériques et de leur définition peut être celui des « stratégies institutionnelles » (p.33).

B. L’institutionnalisation des Digital Humanities.

Il est surtout question ici du contexte international dans lequel s’est opérée la prise d’importance institutionnelle des digital humanities. Le cas français se trouve donc resitué dans les tendances de développement globales au sein desquelles il s’insère. La définition des digital humanities évolue continuellement.

• Réponses diverses de la communauté pour définir l’objet des humanités numériques (p.32-33) Berra note une série de tentatives de définition (« DH is about ») dans le début des années 2010. Pour certains, comme Stephen Ramsay, il s’agit de faire des instruments, construire des logiciels, expérimenter des moyens d’interroger et visualiser des corpus (« building », p.32). Au contraire, pour Mark Sample, l’objet central des DH le partage, la communication, de références communes (« sharing », p.33). Pour d’autres encore, tel Benjamin Schmidt, l’enjeu est théorique et consiste à « repenser les sciences humaines en conciliant nos théories avec les méthodes existantes » (« theory », p.33).

• Une réalité fluctuante Entre le milieu des années 2000 et le début des années 2010, la définition des DH a suscité de nombreux débats et beaucoup fluctué. Matthew Kirchenbaum a étudié les multiples évolutions et transformations dans le temps de la notice Wikipédia leur étant consacrée (p.33-34). De même, Berra met-il en évidence l’évolution de la cartographie du Humanities Computing par Willard McCarty (p.34-35). Entre 2005 et 2011, ce qu’il identifiait comme un socle méthodologique commun, en interaction avec les disciplines traditionnelles, semble remis en question. Parallèlement apparaissent, autour de 2004, les Companion books en ligne. Ils sembleraint, d’une part, marquer la légitimation des DH tout autant que leur application de plus en plus adaptée à des domaines spécifiques.

• Un enjeu sociétal « Au-delà des notions de discipline et de méthodologie, nous avons sans doute aussi affaire à un moment historique » (p.35), affirme Berra. Alors que nos sociétés vivent une conversion numérique, l’engagement des chercheurs a souvent une dimension militante ou politique pour changer les méthodes dans les communautés savantes comme dans la société (p.35), comme en témoignent le manifeste de l’université de Californie en 2008-2009, « pamphlétaire, utopique et artistique » (p.36), ou celui issu du 1er THATCamp européen en 2010 (reproduit en ouverture de cette première partie de l’ouvrage). Ce dernier souhaite « favoriser une culture numérique dans l’ensemble de la société, d’établir des programmes, des diplômes, des carrières », on envisage une « réforme » grâce au partage de « bonnes pratiques », au consensus des communautés et au développement de cyberinfrastructures. Les HN sont un projet de société qui demandent de moyens, des équipes et une collaboration intense (p.36). C’est ainsi, que « faire des humanités numériques » peut être entendu comme construction : « Il s’agit de transformer ce qui existe pour l’améliorer » (p.36). On voit ici comme Berra adapte la notion de construction, précédemment évoquée au sujet de Ramsay, pour lui appliquer un connotation profondément sociétale et humaine. Et c’est bien autour de cette question du rapport entre l’humain et la machine dans l’élaboration du savoir que s’articule finalement son propos.

• Une institutionnalisation progressive avant le tournant du XXIe siècle Bien avant les manifestes du XXIe siècle, le champ s’est organisé. Ainsi la revue Computer in the Humanities fut-elle créée en 1966. D’autres suivirent. L’Alliance of Digital Humanities Organizations, fondée en 2005, fédère des organismes préexistants et vient entériner la prédominance de la dénomination « Digital Humanities ». Cette institutionnalisation s’étend aussi à la théorie et à l’éducation. L’auteur affirme : « Nous sommes donc en présence d’un champ vaste, d’un milieu doté d’une structure […] qui pose en outre la question de la formation générale des ‘savants’. Fondamentalement, il s’agit de réinventer les pratiques savantes, ambition qui implique une sorte de phénoménologie, une description réaliste des opérations élémentaires du travail savant. » (p.37)

• Au-delà de la technique, une nécessaire dimension critique L’ordinateur est un outil polyvalent et ce n’est pas parce qu’on l’utilise qu’on fait des humanités numériques (John Unsworth). Il renferme, de plus, des savoirs stables en apparence, mais sans cohérence (Willard McCarty ). Berra résume : « La machine impose et rend évidente une activité de représentation. […] il s’agit d’une interactivité permanente : l’usager ne se voit pas simplement proposer un résultat, mais manie et transforme à son tour des données, des expériences dont il est responsable » (p.38). Or, la représentation doit absolument faire l’objet d’une élaboration critique et historique, en somme le « souci de problématisation doit accompagner de part en part le travail savant » (p.38). En cela, la théorie et la pratique sont indissociables. Pour appuyer son propos, Berra oppose le modèle TEI, où une équipe spécialisée pratique de deep encoding du texte, en conscientisant ses choix scientifiques, et la boîte noire Google, où l’accumulation massive de données qui prennent sens par des approximations successives (p.39).

C- Les humanités numérique, un point de vue personnel

• Différents usages du numérique pour le chercheur, son expérience particulière (p.3943) A l’issue de ce panorama, Berra en vient à définir, assez sobrement au final, les humanités numériques comme « une pratique de recherche » (p.39) qu’il aborde, on l’a vu, à la fois de manière « critique et historique » (p.39-40). Il évoque certaines de ses activités et ses usages afférents du numérique : la pratique – traditionnelle – du séminaire est par exemple articulée à un carnet de recherche, Twitter contribue à la veille et à l’intégration dynamique à une communauté internationale. Il évoque ensuite les « analyses et […] représentations schématiques ne [pouvant] être produit[s] par une lecture humaine » (p.40), comme la modélisation des textes notamment grâce aux liens hypertextuels (Willard McCarty sur les Métamorphoses d’Ovide, en lien avec les traductions du site Perseus).

• Réinventer l’appréhension du savoir En dernier lieu, Berra présente son travail actuel sur les Deipnosophistes d’Athénée. Ce texte constitue selon lui, dès l’origine, un « réseau de citations, un hypertexte » (p.42), puisque c’est une « compilation dialoguée » (p.42). La complexité de cet objet nécessite un environnement numérique. L’enjeu est ici de produire un traitement et un enrichissement unique en comparaison de ce que proposeraient des éditions critiques traditionnelles. L’édition ainsi développée devient elle-même archive, et « une knowledge base, dont les données formalisées sont interrogeables, compréhensibles et manipulables par la machine. » (p.42). Ainsi « les humanités numériques sont porteuses d’une transformation des pratiques savantes, dans une démarche collaborative qui exige également une conscience des particularismes de l’écriture numérique. » (p.43).

En conclusion

Ni âge d’or, ni révolution, faire des humanités numériques représenterait « plutôt [une] évolution : une coalescence des pratiques et des techniques » (p.43). En somme, la thèse du texte pourrait se résumer ainsi : les humanités numériques, au-delà d’un effet de mode, constituent une transformation de l’outillage du chercheur à l’époque contemporaine. Elles permettent, de plus, d’accéder à un traitement de l’information humainement impossible. L’élaboration du savoir ne peut, pour autant, pas se passer d’une problématisation et d’une approche critique des outils de sa production, qui détermineront sa qualité et les modalités de tout remploi sérieux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.