Doueihi, M. (2013). Qu’est-ce que le numérique ?. Paris : Presses Universitaires de France.

par Cécile Mitéran (Juin 2020)

En 2012, Milad Doueihi donne une conférence à l’Institut Français de l’Éducation, intitulée « Qu’est-ce que le numérique ? » : celle-ci est reprise, à quelques modifications près, dans un court volume des éditions PUF publié en 2013. Déjà auteur de divers textes dans lesquels il s’intéresse à la place du numérique dans l’évolution des sociétés, Milad Doueihi – à l’origine historien des religion, et désormais titulaire de la chaire d’humanisme numérique à la Sorbonne -, se penche ici sur une définition du numérique et diverses implications.

À l’origine de cette réflexion : le constat d’une présence de plus en plus marquée du numérique dans nos existences, et son impact sur nos façons de concevoir le monde et nos modes de sociabilité. Milad Doueihi souligne en effet le fait que le numérique non seulement touche de plus en plus de domaines de la société, mais nous contraint également à reconfigurer nos modes de pensée et d’organisation à une échelle globale.

Le numérique n’est pas abordé ici dans une perspective technique ou scientifique, mais fait l’objet d’une approche culturelle. Ainsi, tandis que l’informatique, qui est une science à proprement parler, concentre la dimension technique, industrialisée, le numérique en est le pendant culturel, social, la manière dont celle-ci prend corps dans notre société et dans la vie de tout un chacun. Dès lors, le numérique peut être pensé comme une véritable culture, voire un nouveau paradigme civilisationnel. De même, le code, qui serait a priori appréhendé comme un objet technique, devient dans la perspective de Milad Doueihi un « objet culturel », qui façonne notre espace et nos manières de concevoir la vie en société, en impliquant une nouvelle forme d’écriture et de lecture portée par des pratiques collectives : il peut faire l’objet d’une « poétique » et d’une « politique ».

Le numérique pose dès lors un certain nombre de problèmes éthiques, politiques, écologiques, anthropologiques. Milad Doueihi explique que le propre du numérique est d’être en perpétuel mouvement, de se renouveler sans cesse et de modifier en permanence son contexte. Afin de penser ce corps (constitué par l’informatique, ses techniques et ses usages) en évolution, Milad Doueihi postule un humanisme numérique qui s’inscrirait dans la lignée des humanismes qui ont marqué notre histoire et notre culture, de l’Antiquité à nos jours, en changeant notre manière de concevoir l’homme. Il s’agirait ainsi de considérer la manière dont le numérique instaure de nouveaux cadres de pensée à l’échelle mondiale : nos valeurs, les objets de notre quotidien, nos relations font l’objet de modifications majeures.
Milad Doueihi identifie ainsi un certain nombre de problématiques que cet humanisme numérique nous permet d’interroger : la mémoire, les rapports entre l’individu et le collectif, le fait que le comportement individuel devienne sujet à être mesuré (dans le cadre des moteurs de recherche par exemple), les nouvelles pratiques de lecture et d’écriture, les nouvelles manières de faire société, la relation entre corps physique et corps technique, la mutation des espaces habitables et habités au sein même de l’espace numérique, la frontière de plus en plus ténue entre le numérique et le vécu…

Cette perspective culturelle nous permet également de penser certaines des mutations qui se profilent à l’horizon du numérique, et qui prêtent à débat : ainsi, Doueihi distingue nettement humanisme numérique et transhumanisme : ce dernier, selon lui, ne prend pas toujours en compte l’héritage quelquefois problématique de la relation entre les sciences et leurs usages ; il s’agit de prendre garde aux promesses d’amélioration de l’individu par le biais de la technologie.

Il aborde également la question de l’intelligence artificielle, et souligne le fait que le numérique a pour horizon d’attente l’élimination de toute forme d’ignorance : ces « machines pensantes » que sont les objets numériques entraînent une modification radicale du monde, qui devient à son tour une interface soumise à ces machines.

Au vu de ces changements de société, il est nécessaire de penser des stratégies et des politiques adaptées à la réalité de notre environnement numérique. Celui-ci n’est désormais plus une donnée uniquement occidentale mais, nous l’avons dit, un système global : comment le repenser dans cette perspective ? Et quelles orientations éthiques faut-il adopter ? En s’appuyant sur les analyses proposées par Husserl dans La crise de l’humanité européenne et la philosophie, Milad Doueihi déclare qu’un clivage trop prononcé entre sciences dites dures et culture serait néfaste : il s’agit de réinventer nos manières de concevoir le monde, nos outils pour l’appréhender, et ce défi est à relever collectivement afin de trouver des formes de gestion de la mémoire, de l’identité et du savoir. L’auteur suggère qu’il faudrait, pour cela, trouver une voie à mi-chemin entre l’éthique de l’homme politique et celle du scientifique, qui trouverait son expression dans l’humanisme numérique, celui-ci nous invitant précisément à revisiter les liens entre culture et technique.

Au terme de ce texte court et dense, il semblerait que Milad Doueihi propose moins une définition du numérique à proprement parler qu’une présentation des implications culturelles, sociales et éthiques du numérique : cette réflexion débouche sur un plaidoyer pour un nouvel humanisme qui pourrait, effectivement, nous amener à une relecture féconde de nos sociétés numérisées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.