Doueihi, M. (2011). Pour un humanisme numérique, Paris : Éditions du Seuil.

par Marie Delarasse (Juin 2020)

Pourquoi un humanisme numérique ?

Claude Lévi-Strauss repère trois humanismes dans l’histoire : l’humanisme aristocratique de la Renaissance, l’humanisme bourgeois et exotique du XIXe siècle et l’humanisme démocratique du XXe siècle. Milad Doueihi affirme reconnaître dans notre XXIe siècle un humanisme numérique, « résultat d’une convergence entre notre héritage culturel complexe et une technique devenue un lieu de sociabilité ». L’entrée de notre civilisation dans l’ère digitale redistribuerait les pensées et les pratiques et permettrait d’adapter la société au temps actuel de l’instantanéité et à l’accélération continuelle du rythme de la vie. C’est un « changement sans précédent » en ce qui concerne le numérique et ses usages mais pas en ce qui concerne l’histoire des changements et des évolutions. Chaque société a ressenti un malaise face aux nouveaux modes de pensée, par exemple face à cette « actualité hybride » à laquelle le numérique procède naturellement et nécessairement : ce n’est qu’une étape vers quelque chose de plus grand. L’humanisme numérique a cependant un caractère humain puisque l’homme est toujours associé au langage – informatique ou numérique – et à l’espace qu’il habite – virtuel ou non. L’entrée des hommes dans cette nouvelle ère est l’entrée dans un « urbanisme virtuel » marqué par l’hybridation. Les plates-formes numériques vont au-delà de leur simple fonction d’accès et de stockage, elles représentent désormais des lieux de convergence entre information, communication, savoir et sociabilité. L’humanisme numérique serait caractérisé par l’augmentation et l’immersion. Augmentation parce que le numérique permet un accès beaucoup plus large au savoir et à l’information. Immersion parce que l’homme doit plonger dans cet espace virtuel pour le comprendre tout en essayant de demeurer dans l’espace réel et de ne pas perdre le sens des réalités. L’humanisme est numérique et non informatique. Il inviterait ainsi à réfléchir à une « histoire intellectuelle du Net, à la sociabilité numérique et aux pratiques lettrées et populaires émergentes ». L’abstraction que constitue le numérique, permet une poétisation de ce nouveau langage au service de la culture – le numérique n’est plus seulement un savoir technique – au point de créer une « civilisation numérique ». C’est la forme fragmentaire du numérique qui est utilisée pour appréhender le savoir hérité des autres humanismes mais aussi pour propager les formes de sagesse spécifiques au numérique. Le terme de sagesse est employé par Doueihi pour désigner le numérique en tant qu’« articulation de principes simples pour gouverner la vie quotidienne et pour guider l’humanité dans la gestion de ses affaires ». Cet excès d’information constituerait pour Doueihi une forme de responsabilisation dans le cadre d’une éthique individuelle et personnelle et renforce la notion d’humanisme puisqu’il permet ainsi une démocratisation du savoir. Il s’agit d’un humanisme car, contrairement aux discours de la peur invoqués par les médias, il n’y a pas lieu de voir un conflit entre l’homme et la machine. L’informatique concerne la technique pure alors que le numérique va au-delà de cette conception : elle rejoint l’humain dans ses formes de sociabilité. Il n’est donc plus question de « découvrir l’autre » mais plutôt de « se découvrir autrement ». Le numérique contribue alors à modifier « la géographie humaine à l’échelle globale » et abolit les distances.

Les liens de l’amitié

Les réseaux sociaux ont développé la sociabilité numérique sur les bases de l’amitié et par conséquent sur des notions actuels d’échange et de partage. La culture numérique impose trois plate-formes : Facebook pour le social, Flickr pour les images, et Linkedin pour le monde professionnel. L’humanisme numérique, par ces réseaux sociaux, fait face à des limites possibles. Ces limites mettent en place des mécanismes d’exclusion au profit de la popularité plutôt que de la diversité. L’amitié devient dès lors matérielle par les contraintes d’un support numérique. Elle ne constitue plus un rapport direct avec l’autre mais un mode de communication passant par un réseau social. Selon Doueihi, cette nouvelle amitié valoriserait la popularité et la visibilité, en tant que formes inédites de transparence publique. Elle utilise ainsi l’image comme moyen dans une perspective d’économie affective. L’image numérique est un marqueur d’identité, utilisé au profit de l’amitié. Le numérique impose alors la nécessité de se montrer, de se représenter et non plus seulement de se nommer. « Il faut se donner à voir, s’exhiber ». L’image tire aussi sa force de sa capacité de circulation sur divers plates-formes. Sa dynamique circulatoire est accompagnée d’une « dimension sémantique flexible et autonome » et de « sa modulation c’est-à-dire de sa citabilité » au sein des réseaux. Cette économie de l’image en vient à former une « virtualisation de l’échange ». Pour justifier son propos et sa réflexion sur l’amitié numérique, Doueihi s’appuie sur trois textes définissant l’amitié : le Livre VIII de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote pour la conception communautaire de l’amitié ; le dialogue De l’amitié de Cicéron sur la notion de la visibilité ; l’Essai du chancelier Bacon sur l’amitié et le calcul. Aristote déploie une « psychologie de l’amitié », il qualifie ce sentiment d’exclusivement humain car inséparable de la vertu et ainsi constitutif de toute communauté de partage. En comparaison avec les réseaux sociaux et notamment Facebook, Doueihi met en avant le fait que tout individu qui a décidé de créer librement un compte et d’entrer dans une communauté, de partager et de nouer des liens amicaux, ne peut plus se défaire de cette communauté. L’utilisateur du compte ne peut pas le supprimer car cela entrainerait une disparition des archives numériques et un vide dans le réseau. Cela démontre la radicalité de la conception d’amitié. Le collectif l’emporte dans la sphère numérique car la modélisation de l’amitié sur les réseaux imposent une présence permanente de l’autre. L’amitié numérique est animé par les effets de la ressemblance et par l’économie du pareil. Le partage qui l’habite est un partage de rapports et de relations. Il existe malgré cela une solitude numérique dans les réseaux sociaux. Une identité établie sur un réseau social sans relations est ainsi considérée comme une aberration. L’exclusion est un phénomène numérique qui est une expression du rôle déterminant joué par la visibilité dans la sociabilité numérique. « Le promeneur numérique dans le réseau social, n’est jamais un promeneur solitaire. ». Doueihi souhaite par le texte de Cicéron découvrir les liens entre amitié et économie de la visibilité qui s’affiche comme une valorisation du statut social de l’identité. Pour ce qui concerne l’Essai du chancelier Bacon, le calcul digital opéré par le numérique offre visiblement un lien amical sûr et de confiance.

Une culture anthologique

L’anthologie apparaît comme la forme par excellence de la civilisation numérique tenant lieu d’une économie de l’abondance affirmée. La culture numérique dans sa dimension anthologique inaugure la renaissance du lecteur, aussi auteur, ancrée dans une hybridation anthologique et numérique. L’anthologie en réalité répond à la déclinaison de l’identité numérique c’est-à-dire à ce que constitue l’agrégat et l’historique d’une présence (exemples de Storify et de Qwiki). La dimension anthologique et la polyphonie de l’identité numérique, de ces « fragments de personnalité » donnent à voir une manifestation spécifique de la personne. La culture numérique met en avant une nouvelle réalité, des conditions de sociabilité qui sont génératrices de nouvelles valeurs. Doueihi prend l’exemple de Stories Matter, un projet de l’équipe de l’histoire orale de l’Université de Concordia, dirigé par Steven High. L’outil permet aux historiens de structurer des bases de données et de les rendre accessibles en ligne. C’est un cas de Digital Humanities : l’outil est inséparable des considérations éthiques et méthodologiques de l’historien. Il procède d’une nouvelle forme d’humanisation croissante du paysage numérique et signe l’inscription d’une géographie humaine ancrée dans l’hybride, entre réel et virtuel. Cela révèle la puissance de la sociabilité numérique dans l’articulation d’un message socio-politique intimement lié à l’environnement numérique.

Oubli de l’oubli

Le récit fait irruption au sein de la culture numérique : le narratif est technique de curation, moyen de communication, et également site de production d’une mythologie du numérique (exemple des jeux vidéos). Doueihi repère un rapport quasi mystique entre l’humain et la machine. L’homme apparaît donc comme l’interface avec la mémoire, le passé et la machine. Doueihi reprend pour cela une expression de Nietzsche : les hommes sont des « monstres d’oubli ». Pour innover et changer, il faut pouvoir et savoir oublier. L’oubli semble être le sujet premier de l’humanisme numérique mais le savoir est inséparable de l’intelligence numérique. L’oubli constitue la faille de la technique numérique alors même que le but est de garantir une mémoire sans défaut. La culture numérique est une forme inédite de la maîtrise de la mémoire. Si la culture numérique modifie l’humain, c’est essentiellement dans sa manière d’infléchir les rapports à la mémoire et dans sa façon de faire croire que la mémoire est l’équivalent d’une forme de disponibilité de l’information.

L’index et le visage

L’index est porteur de puissance et a le pouvoir de cliquer sur un bouton qui aura un effet sur l’héritage culturel. Quant au visage, matrice d’une perception culturelle et moyen d’associer l’information à une forme d’échange et de dialogue, il modifie surtout la visibilité et la présentation de cette conversation. Le numérique est ainsi une technique en quête d’absolu qui vise à englober toutes nos activités quotidiennes. Il déconcerte et parfois la peur de la perte de la primauté de l’humain comme centre de l’activité culturelle s’ouvre mais en réalité Doueihi souhaite plutôt interroger l’imaginaire du numérique. Le visage est considéré comme un document vivant, un document dynamique et interactif, qui se révèle dans l’expression et la perception. La culture du numérique essaye d’élaborer ce visage car la sociabilité du numérique est la première étape vers la mutation de la notion même de document et du vivant numériques. L’Homo numericus n’est point une créature du calcul et de la prévision, il s’est forgé un espace à lui, il est devenu un « flâneur » grâce à l’humanisme numérique.

 

Noille, Christine « À quoi servent les éditions numériques ? », 2016. http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/carnets/blog/%C3%A0-quoi-servent-les-%C3%A9ditions-num%C3%A9riques , par Camille Scotto

Vitali-Rosati, Marcello, « Qu’est-ce que l’éditorialisation ? » ,  2016. Sens public. http://sens-public.org/articles/1184/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.