Noille, Ch. (2016), « À quoi servent les éditions numériques ? ».


par Camille Scotto (Juin 2020)

Dans son article intitulé « À quoi servent les éditions numériques ? »[1], publié en open access sur la plateforme L’ouvroir Litt&arts consacrée à la recherche « en arts et pratiques du texte, de l’image, de l’écran et de la scène », Christine Noille, chercheuse en rhétorique et théorie littéraire, réfléchit au rôle de l’édition numérique dans la recherche en sciences humaines, et plus particulièrement en littérature et en philologie. Elle s’interroge d’une part sur les raisons et les différents usages qui poussent à éditer des textes sous forme numérique. D’autre part, elle réfléchit aux changements que cette numérisation apporte, pour les lecteurs comme pour les chercheurs, dans la construction de leur rapport aux textes, ainsi que dans leurs habitudes de consultation, de lecture et d’étude critique des textes.

L’article est organisé en trois axes principaux, déclinés en huit points. Tout d’abord, Christine Noille propose une définition de ce qu’est l’édition de textes, physique comme numérique. Elle étudie ensuite ce que l’édition numérique apporte comme changements à la pratique de l’édition telle qu’elle l’a définie dans cet article. Enfin, elle fait plusieurs propositions visant à développer et à améliorer la pratique de l’édition numérique, tant dans sa conception par les informaticiens que dans son usage par les lecteurs et les chercheurs.

Le point de vue de Christine Noille sur l’édition de textes est marqué, dès le début de l’article, par son expérience de chercheuse et de philologue, qui étudie donc l’édition non seulement en tant que pratique de mise en forme des textes, mais aussi dans une perspective historique, en en resituant les principales tendances et évolutions. Ainsi, Christine Noille dégage dans cet article deux rôles principaux, et contradictoires selon elle, de l’édition de textes : d’une part, l’édition en tant que patrimonialisation, qui légitime autant qu’elle archive le texte, en visant à le « conserver » et à le « transmettre ». Cette première orientation porte un regard historique sur la pratique éditoriale et l’inscrit dans l’histoire culturelle de l’humanité. D’autre part, l’édition en tant que travail sur le texte, réappropriation de son sens, de son organisation et de sa composition ou de sa parution à une époque donnée, est une pratique du partage, qui vise à donner à lire le texte et à faire en sorte qu’il parvienne à ses lecteurs de la meilleure manière possible.

Or, selon Christine Noille, cette publication au sens premier du terme est à l’opposé d’un archivage des textes, puisqu’elle invite au contraire le lecteur comme le chercheur à se saisir du texte et à se l’approprier. Ce deuxième aspect de l’édition relève aussi d’un important travail sur les textes, qui se retrouve dans les nombreuses normes éditoriales, de la correction de la grammaire et de la syntaxe à l’ajout d’un dossier critique, en passant par la typographie et le chapitrage. Pour Christine Noille, ce travail sert autant à réactualiser le texte qu’à en développer la lisibilité, à « générer un désir du texte » selon ses termes. Or, les pratiques des chercheurs montrent que ce désir du texte est inflationniste : chaque lecture en appelle une autre, celle d’un ouvrage critique, d’une traduction, d’une réécriture, etc. Il s’agit non seulement de s’approprier le texte, mais aussi de s’approprier tout un appareil critique et textuel qui l’accompagne et le développe.

C’est dans cette idée de développement, ou mieux d’augmentation des textes que Christine Noille trouve les racines d’un désir des chercheurs philologues pour des éditions de textes qui résoudraient les problèmes matériels que pose l’accumulation de livres, critiques et autres, pour étudier un même texte. Le rêve premier des « éditions augmentées » correspond à ce désir, en imaginant que de telles éditions permettraient de naviguer aisément dans un texte et ses ouvrages dérivés, de le travailler plus facilement. L’idée d’une édition numérique pouvait passer dans un premier temps pour la réalisation de ce rêve, en imaginant que quitter le support papier physique donnerait la possibilité au lecteur et au chercheur d’avoir un accès simultané à des milliers de textes, de les étudier les uns par rapport aux autres, d’établir des liens et des réseaux de sens entre eux beaucoup plus aisément qu’avec des dizaines de livres physiques accumulés.

Mais ce serait oublier que l’édition numérique, tout comme l’édition physique depuis ses débuts, s’inscrit dans une histoire spécifique, toujours en tension entre la patrimonialisation et le désir de rendre accessibles et ouverts les textes. Cette dichotomie par laquelle Christine Noille a ouvert son article se retrouve en filigrane dans l’analyse de l’édition numérique que propose la chercheuse dans cet article. Elle démontre ainsi que, loin de correspondre à l’édition augmentée rêvée, l’édition numérique est plutôt une compilation de données, de data, qui vise à un référencement et un traitement automatique des textes. Les balises, métadonnées et autres hyperliens qui forgent l’identité d’un texte édité numériquement permettent de le décomposer en données extractables et moissonnables par les moteurs de recherche, plutôt que de l’offrir à l’analyse littéraire des critiques. De plus, Christine Noille note qu’avec la pratique de l’édition numérique, qui a rendu accessibles des millions de textes sur un même support, se pose aussi la question de la lecture de ces textes, d’un point de vue matériel (tout lire est impossible) et théorique : pour elle, les textes ainsi présentés sont moins faits pour être lus que pour être traités numériquement, les chercheurs-lecteurs n’intervenant alors que dans un second temps, pour interpréter les données ainsi regroupées. Comme le rappelle la chercheuse, Franco Moretti a théorisé cette nouvelle pratique sous le terme de « distant reading »[2], qui offre, Christine Noille le souligne, de multiples potentialités en termes de recherches et d’interprétation sur les textes (essentiellement quantitatives et statistiques).

Toutefois, en dépit de ce renouvellement de la recherche que permet l’édition numérique, Christine Noille revient dans un dernier développement à sa thèse principale, qui pose que de tels modes d’édition et de lecture numérique ne permettent que d’archiver, de compter et de calibrer des données. Cette distant reading, avec les avantages qu’elle comporte, pourrait devenir le nouveau mode privilégié de la recherche en littérature, si l’on considère qu’une lecture active et proche du texte n’a plus rien à apporter à la culture de l’humanité, indique Christine Noille. Mais pour sa part, la chercheuse n’y croit pas, et plaide pour une recherche et des éditions numériques qui sauraient aussi proposer une véritable lecture aux chercheurs (une « human reading »), une véritable présence du texte. Elle propose ainsi dans la dernière partie de son article une série de propositions pour améliorer les modes d’édition numérique et leur présentation au lecteur et au chercheur. Pour l’élaboration de ces nouvelles pratiques, Christine Noille s’appuie sur une comparaison de la lecture et de l’édition numériques avec le montage d’un film : il s’agirait de proposer une organisation du texte numérique et de ses données, ainsi qu’une façon de les présenter et de les mettre en forme sur l’interface numérique, proches des outils de montage et de visualisation qui sont à la disposition des réalisateurs et des spectateurs de films. À ces suggestions s’ajoute la proposition de développer la consultation parallèle de différents textes sur les interfaces numériques, ainsi que des outils numériques de récriture, d’écriture et de commentaires, directement utilisables sur les textes consultés. Ainsi, pour Christine Noille, c’est en allant dans le sens du développement de ce genre d’outils et de pratiques de lecture/écriture/récriture numériques que l’édition numérique pourrait rejoindre le rêve des chercheurs pour des éditions augmentées. Il s’agirait aussi de développer les pratiques de recherche au-delà des seules indexations et quantifications de données, en donnant accès au chercheur à tous ses outils de travail sur un même support, en en facilitant la consultation parallèle et l’analyse, en lui permettant d’en « tisser » et d’en investir le sens, permettant donc à l’édition numérique de construire aussi un désir du texte et de la lecture.


[1] Christine Noille, « À quoi servent les éditions numériques ? », L’ouvroir Litt&arts, février 2016. [en ligne] Disponible sur Internet : http://ouvroir-litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/carnets/blog/%C3%A0-quoi-servent-les-%C3%A9ditions-num%C3%A9riques (page consultée le 29/04/2020).

[2] Franco Moretti, Distant Reading, New York, Verso, 2013.




Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.