Retour d’expérience éditoriale : Les Notes de cours de l’ENS, Jules Bouton et Valentine Guillocheau

Nous avons sélectionné les trois premières leçons du cours d’introduction de linguistique de Charles-Benoît Hase, représentatives en ce qu’elles donnent un aperçu du cours, illustrent sa méthode et sont un bon exemple de la présentation du manuscrit. Il nous intéressait également de voir comment s’organisait un cours dans notre discipline au XIXᵉ siècle. Surtout ce cours est extrêmement soigné (graphie, organisation, etc) et pouvait permettre à terme d’appliquer une technologie de reconnaissance optique des caractères (ou OCR, acronyme du terme anglais) avec un bon taux de réussite. Puis, nous avons créé une notice Dublin Core sur EMAN et téléversé les fichiers image (intégralité du manuscrit). La notice intègre les liens vers Calames ou IdRef chaque fois que cela était possible. La transcription des 40 premiers feuillets (représentant une trentaine de pages de cours à proprement parler) a été réalisée à l’aide du logiciel Transkribus. Nous avons fait en sorte de taguer systématiquement les données dans Transkribus, c’est-à-dire de distinguer numéros de pages, marginalia, notes de bas de page et effets de caractère (italique, souligné). Cela permettrait éventuellement d’entraîner un moteur de reconnaissance capable de repérer la structure d’une page spécifique à cette série de trois manuscrits, si la transcription de ce manuscrit est poursuivie. Puis, les données issues de l’OCR ont été relues et corrigées deux fois et copiées dans EMAN. Nous aurions voulu réaliser une mise en page TEI, mais l’interface du module Trancript s’est révélée (à notre goût) peu maniable, et nous avons abandonné, ne parvenant pas à trouver un mode d’emploi de Transcript, qui s’éloigne par un certain nombre d’aspects de la TEI « classique ». Nous avons été gênés par les points suivants :

  • Il est dommage que sur EMAN, depuis l’interface d’administration, l’utilisateur avec un statut de contributeur ne puisse pas éditer un champ commun à chaque document de sa notice, ni avoir une vue d’ensemble modifiable (par exemple un tableau) des données rentrées pour les notices de chaque document. Ainsi, il est impossible pour un contributeur de modifier sur chaque notice de son projet le champ « titre du document » en appliquant une numérotation progressive, ni, par exemple, d’indiquer son nom dans le champ « contributeur » de chaque notice, (ou la source de l’image, sa licence, etc), sans le faire manuellement et une par une.
  • Pour le travail à plusieurs, EMAN est peu pratique : il a fallu que l’un de nous d’eux soit passé en éditeur pour que nous puissions travailler sur la même notice. De plus, toutes les modifications étaient créditées sur l’interface publique à celui qui avait créé la notice, même si, par exemple, c’est l’autre qui avait importé les images !
  • Il est dommage de ne pas pouvoir transférer facilement une transcription de Transkribus vers EMAN (un import/export plus simple que le copier-coller serait bien utile).
  • L’interface de Transcript était peu pratique sur nos navigateurs, bien qu’il s’agisse de Firefox (mise à jour de la transcription, gestion des paragraphes, etc), néanmoins, nous avons apprécié la qualité de la mise en page résultante quand nous parvenions à utiliser convenablement les balises de Transcript. En fin de compte, nous aurions préféré une TEI basique ! Mais c’est surtout une question de manque de temps pour s’approprier l’outil.

Enfin, nous remercions Marie Dupond, Charlotte Dessaint, et Richard Walter pour leur suivi.

Jules Bouton et Valentine Guillocheau

Juin 2020

La notice  réalisée est accessible ici au format PDF.

Charles-Benoît Hase. Cours de grammairecomparée donné à la Faculté des Lettres. – [Paris]

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.