Retour d’expérience éditoriale : Les Notes de cours de l’ENS, Marie Delarasse

Dans le cadre de la formation aux humanités numériques proposée par l’École Normale Supérieure de Paris, j’ai choisi un projet en lien avec l’histoire et le domaine de l’édition. J’ai alors sélectionné, avec l’aide de Madame Marie Dupond, un manuscrit du projet Notes de cours de l’ENS, professé par Jules Michelet, à transcrire et à éditer sur la plate-forme EMAN. Ce manuscrit date de 1830-1831 et a une graphie relativement aisée à lire. L’objectif était donc de réaliser une transcription d’une dizaine de folios de ces notes de cours prises par Germaine Monod et de la publier en ligne. Cela a été particulièrement enrichissant de découvrir comment fonctionnent les transcriptions par le biais du logiciel Transkribus – une plate-forme de transcription faisant usage d’un outil de reconnaissance de caractères – et quels sont les choix éditoriaux possibles. Je n’ai donc transcrit qu’une partie des notes du cours – le plus en lien avec mon domaine de recherche – en choisissant le chapitre sur l’histoire de Pise, Venise et Gênes à la jonction du Moyen Âge central et tardif. J’ai pu appréhender ainsi l’envers du décor en participant à la mise en ligne sur un site internet de la transcription réalisée et également d’intégrer certaines notions nouvelles – comme par exemple les métadonnées en Dublin Core.

L’autre nouveauté, en plus des humanités numériques, est l’approche du monde éditorial en passant du choix de présentation du texte et du respect de la ligne éditoriale habituelle à la publication en accès ouvert de ce travail. Étant en histoire, c’est un monde qui m’importe beaucoup de connaître puisque j’espère avoir l’occasion de publier à nouveau.

Cette introduction aux humanités numériques m’a permis d’apprendre à utiliser des outils informatiques qui pourraient s’avérer nécessaires à mes recherches en histoire médiévale. En effet, mon sujet de recherche porte sur le processus d’apparition du jardin ornemental en Toscane et cela me conduit à disposer de nombreuses données à organiser numériquement et de manière intelligente pour ensuite pouvoir les réutiliser dans mon mémoire. D’autant plus que le mode de fonctionnement de la formation est très intéressant de par le nombre des intervenant.e.s présent.e.s durant toute la durée de la formation, rendant ces instants dynamiques. La disponibilité des chercheur.e.s, professeur.e.s et autres intervenant.e.s est d’ailleurs notable pour toutes informations ou aides. Tout comme, par ailleurs, la possibilité d’enrichir notre savoir à ce sujet en assistant à d’autres formations informatiques et numériques et à des conférences. L’ouvrage Pour un humanisme numérique de Milad Doueihi dont j’ai dû faire une note de lecture, m’a apporté une connaissance épistémologique sur le sujet essentielle pour bien comprendre l’histoire de ce phénomène nouveau. Jusque là, le monde du numérique me paraissait obscur mais maintenant je n’hésite plus à m’en servir car il apporte de nombreux avantages à tout point de vue.

Juin 2020

La notice  réalisée est accessible ici au format PDF.

Cours d’histoire du Moyen âge professé par M.Michelet à l’École normale, année scolaire1830-1831.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.